expositions 

L.AY:
Artefact
16/02/2021 - 24/03/2021

L.AY a l’habitude de dire qu’il est difficile de comprendre la naissance de son art, ou encore, qu’il n’y a rien à comprendre. En trente secondes elle est capable de commencer une peinture et de sentir les principales directions que va prendre son tableau, en vivant une passivité qui pourtant est aussi pure activité.

 

Ce qu’elle sait donc, c’est qu’elle prête son corps – non seulement son corps, mais toute sa vie – à ces élans qui la traversent et qui lui font suivre une vraie action painting, très proche du travail de grands esprits comme Pollock, tout en expérimentant la solitude qui, comme disait Picasso, est indispensable pour engendrer quelque chose d’authentique.

 

Autodidacte, elle aime se présenter comme outsider ou comme une créatrice marginale dont les oeuvres sont dynamiques et gestuelles, avec des aspects qui font penser à un certain expressionnisme abstrait.

 

C'est une artiste qui se nourrit d’une production intensive, pour engendrer un univers qui lui ressemble. 

 
acontre-sens-1
acontre-sens-1

acontre-sens-2
acontre-sens-2

acontre-sens-5
acontre-sens-5

acontre-sens-1
acontre-sens-1

1/5
 
acontre-sens-1
acontre-sens-1

acontre-sens-2
acontre-sens-2

acontre-sens-5
acontre-sens-5

acontre-sens-1
acontre-sens-1

1/5
Marcelle Ekomane:
A Contre-sens
01/12/2020 - 15/01/2021

Dans cette série, je m’interroge sur la perception de la femme dans l'espace public.

 

Pouvons nous occuper l’espace public comme le font les hommes ? L’espace public est-il véritablement ouvert à toutes et à tous ? Comment vivons-nous ces espaces ? Telles sont les questions que j'aborde dans mon travail.

 

Chaque tableau sert à interroger notre relation à l’espace, tout comme à éprouver, voire détourner les spécificités qui pèsent sur nos corps.

 

Je cherche à déconstruire l’association faite entre espaces publics, féminité et danger, et à souligner la construction sociale qui entoure la notion de vulnérabilité des corps féminins.

 

Parler de genre et d’espace public c’est poser la question de la place légitime des unes et des autres.

Ezili Bandraoi:
Bondyé Bon
01/12/2020 - 15/01/2021

Honorons la déesse !

Mère insondable de la divinité 

Tu n'es qu'Amour, je te célèbre,

Refuge primale, Marie, doux nid, originelle pourvoyeuse de vie,

Al-Lat intemporelle, poème infinie, 

Chaude Cascade d'amour inconditionnelle, Belle Yoni

Porte Chamane, 

Gaïa des prières premières, éternelles,

Généreuse de toutes consolations, de tous délices,

A qui t'adore, tu dévoiles le chemin vers l'indicible félicité 

Et la sublime déliquescence de notre humanité, vers la vacuité 

Friggja de lumière et d'éternité 

Porte ouverte sur l'immutable immensité ...

 

Grande initiatrice du Mystère Divin

Abreuve-moi d'abondance, livre-moi les secrets utérins 

Maman Dlo, douce Yemana!

 

Gratitude à la vie,

Et au Grand Créateur qui a permis

Que tu fasses couler sur nos âmes le lait de la Source - Fout Bondyé bon !

Mèsi Bondyé ki té ka mété'w an mitan janm mwen

Mes amis, Bondyé bon.

 
20200902 Honorez la Déesse
20200902 Honorez la Déesse

20201008 Tattoos
20201008 Tattoos

20200902 Honorez la Déesse
20200902 Honorez la Déesse

1/2